• L'élevage des pigeons voyageurs


    L'élevage des pigeons voyageurs


    Le pigeonnier



    Pour bien faire, le pigeonnier doit être orienté à l'Est, de façon à ce que les ouvertures soient à l'abri de la pluie et des grands vents et que le soleil levant y entre largement. Mais les "coulonneux" préfèrent souvent orienter leurs trappes du côté où arrivent les pigeons quand ils rentrent des concours.


    1. Avant d'entreprendre la construction, renseignez-vous sur les conditions locales de construction : permis de construire éventuel, règles sanitaires et voisinage à respecter. Il est préférable d'établir le pigeonnier un peu à l'écart des habitations pour éviter tout conflit.
    2. Calculez le volume du pigeonnier : on compte un mètre cube d'air pour deux couples de pigeons. Un pigeonnier doit être bien ventilé.
    3. Le pigeonnier traditionnel, situé dans un grenier, présente beaucoup d'avantages, mais il devient rare.
      Il est possible de construire le pigeonnier en briques, en bois. Il en existe même en kit, mais il faut toujours privilégier l'isolation et l'aération.
    4. Prévoyez une ventilation importante et variable. Le pigeon ne craint ni le froid, ni le vent. De larges fenêtres sont préférables, d'abord pour l'action bénéfique du soleil, mais aussi pour les rentrées de concours des "veufs".
    5. Pensez aux rongeurs (rats, souris) ou aux moineaux, attirés par le grain ou la paille.
    6. Évitez les recoins difficiles d'accès. Pensez à faciliter les nettoyages futurs (planchers et murs lisses). Blanchissez les murs (il existe ainsi des peintures insecticides).
    7. Le pigeonnier à l'étage est préférable, car il est plus sec et on voit venir les pigeons de plus loin. Mais il est source de fatigue, surtout quand on devient âgé.
      Le pigeonnier de pied est plus sensible à l'humidité (prévoir un vide sanitaire accessible), mais il est plus pratique.

    La volière


    Elle n'est pas indispensable, mais les colombophiles qui jouent au veuf en ont généralement une qui abrite les femelles ; d'autres y gardent leurs meilleurs reproducteurs.

    La volière peut communiquer avec le pigeonnier (quand elle est utilisée pour des reproducteurs) ou bien ne comporter qu'un abri dans le cas d'une utilisation passagère ou saisonnière.
    Elle est souvent construite en grillage : si les mailles sont étroites, les moineaux ne passent pas, mais parfois, les pigeons s'y blessent ou abîment leur plumage. Il est bon de disposer des perchoirs tout le tour de la volière pour que les pigeons ne s'accrochent pas au grillage.
    Il faut prévoir une zone abritée de la pluie et du soleil.

    Vous pouvez recouvrir le sol de sable ou le laisser en herbe. Certains disposent un maillage de lattes horizontal pour que les pigeons ne puissent pas descendre à terre.


    Le mobilier et le matériel


    Il faut absolument proscrire les grands piquets de fer, car le pigeon est sensible au magnétisme et une masse de fer perturberait son sens de l'orientation (cage de Faraday).

    Les trappes


    Elles doivent permettre au pigeon de rentrer le plus rapidement possible. Les vrais veuvagistes se passent des trappes et jouent fenêtres ouvertes, pour que leurs pigeons atterrissent directement dans leur casier.

    Les cliquettes ou bascules

    Trappe à planche

    Ce sont des barreaux d'aluminium de 5 mm de diamètre, accrochés verticalement à l'intérieur du pigeonnier, devant les trappes, et bloquées en bas dans le sens de la sortie.
    Quand le pigeon veut rentrer, il les pousse. Pour la sortie, on les décroche ou bien on les soulève.
    Ce système de rentrée est de plus en plus abandonné, car les pigeons tournent parfois longtemps devant les bascules avant de se décider à entrer.

    Le spoutnik

    C'est une cage d'aluminium disposée sur la trappe. En façade, il n'y a pas de barreaux, mais une plaque mobile qu'on enlève lors du lâcher. Sur le haut du spoutnik, les barreaux sont espacés à la taille des pigeons. Pour la rentrée, on obture la façade, les pigeons rentrent par le haut et - en principe ! - ne peuvent plus ressortir.

    La planche

    Trappe à planche

    C'est le système que j'utilise.
    Cette planche est à l'intérieur du pigeonnier, devant l'ouverture de la trappe. Elle est fixée par des charnières en haut de la trappe. En hauteur, elle mesure 10 cm de plus que la trappe. Ces 10 cm débordent sur le bas de la trappe.
    Pour la sortie des pigeons, je la relève complètement. Pour la rentrée, je l'accroche à mi-hauteur, juste pour que les pigeons puissent passer.
    C'est efficace, rapide à installer, simple et économique. Comme les pigeons ne rencontrent pas d'obstacle, ils rentrent rapidement.

    Les cases


    De préférence, les casiers sont en bois, montés sur roulettes pour faciliter le nettoyage ou la désinfection. Pour dimensions des cases, on peut prendre : largeur 60 cm, hauteur et profondeur 50 cm. Il reste ensuite à placer des grilles individuelles ou collectives devant les cases pour y maintenir les pigeons quand c'est utile.
    Dans une volière ou un pigeonnier réservé aux femelles, des perchoirs suffisent.

    Les mangeoires


    Schéma de mangeoire

    • Adaptez leur longueur au nombre de pigeons. Il ne faut pas que les pigeons puissent s'y introduire (prévoir un couvercle fixe ou mobile).
    • Avec trois ou quatre fines lattes de la longueur de la mangeoire, faites-vous un moulin. Plantez un clou aux extrémités et posez le moulin sur la mangeoire (faire des encoches pour les clous).

    Les abreuvoirs


    Privilégiez des abreuvoirs à réserve d'eau, qui se nettoient facilement (en plastique, avec un col assez grand pour pouvoir y passer la main).

    Les perchoirs


    Utilisez des planchettes individuelles assez larges (15 x 20 cm)

    Les baignoires


    Elles sont indispensables à ceux qui ne lâchent pas leurs pigeons quand il pleut !
    Un grand bac en plastique fait l'affaire. Il faut le nettoyer souvent, car les pigeons ont tendance à boire en se baignant, ce qui facilite la propagation des maladies.

    Les plateaux (nids)


    En majorité, les colombophiles utilisent des plateaux en terre cuite, certains ont le fond percé. Il faut les nettoyer le plus souvent possible, surtout quand ils sont souillés par les déjections des jeunes.

    L'alimentation


    Le pigeon est essentiellement granivore, mais il aime aussi les légumes verts. Il a également besoin de sels minéraux.

    On pourrait se contenter de nourrir exclusivement au blé ; c'est ce qui coûte le moins cher. Mais pour satisfaire tous les besoins des athlètes que sont les pigeons voyageurs, il est préférable de leur servir un mélange de graines équilibré.
    Les commerçants spécialisés vous proposeront toutes sortes de mélanges (élevage, veuvage, mue...). Ces mélanges contiennent du blé, du maïs, de l'orge, des pois, des féveroles, des vesces, du dari, du cardi, etc...
    Les avis sont partagés quant à l'utilisation de tel ou tel mélange, et chacun trouve que son mélange est le meilleur.

    On donne trois repas en été, deux en hiver. Tout doit être mangé dans la demi-heure. Voici le point de vue scientifique :

    Les aliments :


    Les glucides : Ce sont des hydrates de carbone ou saccharides, de formule générale Cn(H2O)p. Ils se divisent en -oses, et en -osides, ayant eux-mêmes plusieurs subdivisions. Les -oses (par exemple : le glucose) ont une saveur sucrée. Les -osides (holosides, polyosides) sont des sucres complexes. L'amidon est un polyoside. Les glucides constituent l'élément plastique de la matière vivante et sa principale source d'énergie musculaire.
    Les protides : Ce sont des substances azotées (protéines, acides aminés...). Les protides constituent le tissu musculaire. Ils sont plus abondants dans la viande que dans les végétaux.
    Les lipides : Ce sont les graisses. Les lipides sont une source de calories deux fois supérieure aux glucides et contribuent avec ces glucides, à fournir l'énergie nécessaire aux muscles.

    Les céréales : blé, maïs, orge, avoine, dari...


    Elles sont riches en glucides et pauvres en protides (10%) et en lipides (4%). En général, on augmente le pourcentage d'orge au moment de la mue et l'hiver.

    Personnellement, j'utilise des mélanges sans orge toute l'année, car je trouve que l'orge brut est rugueux et blesse le tube digestif, surtout celui des jeunes. Les grains d'avoine sont pointus et encore plus dangereux.

    Les sucres des céréales participent à la combustion des graisses qui fournit l'énergie.

    Les légumineuses : féverolles, vesces, pois...


    Elles sont riches en protides (25%), assez pauvres en lipides et en glucides. Ce sont essentiellement des fibres. Elles sont nécessaires à l'augmentation ou à la reconstitution de la masse musculaire.

    Les oléagineuses : colza, cardi, lin, tournesol, archides...


    Elles sont riches en lipides (35%) et en protides (20%), mais pauvres en glucides. Les graisses constituent la réserve de carburant du pigeon, mais il n'en faut pas trop.

    Les compléments


    • La verdure est appréciée (chou, salade...) pour ses vitamines, ses fibres et ses oligo-éléments.
    • Le grit est un mélange de petits cailloux calcaires divers (briques, coquillages, silex, etc...). Ces éléments facilitent le broyage des graines, contribuent à l'équilibre de l'acidité gastrique, et apportent la part de minéraux nécessaires à l'organisme.
    • Le sel est absolument indispensable. On peut l'ajouter au grit (20 g/kg) ou a l'eau de boisseau en cas de nécessité (une cuillérée à soupe pour 5 litres).
    • Bien sûr, il est possible d'améliorer la forme des pigeons par des apports de vitamines et autres compléments vendus en abondance chez les commerçants spécialisés.

    Introduire des pigeons


    L'origine des pigeons


    Si vous n'avez jamais élevé de pigeons, il est préférable de contacter le président de votre société colombophile : il se chargera de solliciter ses amis qui vous fourniront certainement des pigeons gratuitement. Cette solution vous évitera de perdre au toit, au concours, ou par maladie, des pigeons que vous auriez acheté chèrement.

    Après une expérience de deux ou trois ans, vous pourrez acquérir des jeunes ou des vieux reproducteurs de bonne souche. Les pigeons voyageurs se vendent parfois aussi cher que des chevaux de course, mais on en trouve aussi des bons au prix de la viande. Si vous les achetez cher, mettez ces pigeons en volière ; on n'est jamais assez prudent. Si on vous donne des champions certifiés, mettez-les aussi en volière pour la reproduction. Celui qui vous les a donnés ne serait pas heureux qui vous en fassiez peu de cas.

    Si vous n'êtes pas certain des capacités sportives des jeunes pigeons que vous avez acquis, préparez-les à voyager.

    L'adduction des pigeons


    Adduire des pigeons signifie habituer progressivement dans un pigeonnier des pigeons qui n'y sont pas nés et n'y ont pas grandi, afin de pouvoir les laisser voler librement.
    • S'il s'agit de jeunes pigeons, de trois semaines environ, qui ne sont jamais sorti, il est possible de les adduire rapidement.
    • Si vous avez obtenus vos jeunes à la sortie du plateau et qu'ils commencent à peine à manger seuls, il n'y a pas de problème d'adduction. Il suffit de les laisser librement dans le pigeonnier après leur avoir trempé le bec dans l'abreuvoir. Ils se nourriront seuls quelques jours et dès qu'ils seront assez grands pour grimper sur la trappe, ils se repèreront progressivement les environs. Puis, quelques jours après, ils commenceront à voler... Il ne faut surtout pas les forcer à sortir !!!
    • Pour adduire des pigeons plus âgés, il est bon de disposer sur la trappe une cage grillagée ou un dispositif quelconque qui bloque la sortie et permette aux pigeons de repérer les environs. Les "coulonneux" appellent ce dispositif un spoutnik.
    • Si vos jeunes sont âgés d'un mois et ont déjà volé autour de leur colombier d'origine, il est impératif de leur laisser un temps d'observation d'un mois ou deux. Après ce délai, vous pouvez les laisser sortir librement. Certains repartiront peut-être d'où ils viennent.
    • Si ce sont de vieux pigeons, il faut les accoupler avec des pigeons originaires de votre propre colombier et leur laisser deux mois d'observation des environs.
    • Si vous voulez adduire un mâle, attendez la période où il poursuit sa femelle sans arrêt (on dit qu'il "pousse à nid") et libérez-les ensemble. Vous pouvez aussi tenter de l'adduire quand il a des jeunes de dix jours.
    • Si vous voulez adduire une femelle, attendez qu'elle élève des jeunes de trois jours, prenez-la quand elle est sur ses jeunes et mettez-la dehors avec son mâle.
    Il y a quand même de fortes chances pour que ces vieux pigeons repartent un jour dans leur pigeonnier d'origine :
    • si vous lâchez vos pigeons avant de les nourrir, alors que l'un d'eux élève des jeunes,
    • si le pigeon adduit est désaccouplé,
    • au retour d'un concours,
    et pour bien d'autres raisons.

    Avant de tenter l'adduction d'un pigeon auquel vous tenez, soyez certain que l'ancien propriétaire vous le rendra, sinon, gardez-le en volière.

    Si l'ancien propriétaire l'accepte, il est possible d'adduire des vieux pigeons plus rapidement : chaque fois qu'un pigeon retourne chez lui, il ne le nourrit pas, ne l'abreuve pas, il le met sous un seau en fer et frappe plusieurs fois sur le seau avant de le relâcher.
    S'il revient chez vous la première fois, c'est parfait. Sinon, récupérez-le et relâchez-le deux jours plus tard. Après deux ou trois expériences de ce genre, il reviendra vous voir. Il faut que le pigeon ne se sente plus en sécurité dans son colombier d'origine ; alors que chez vous, il retrouve son partenaire, ses jeunes, le calme et des friandises...


    La reproduction et la génétique


    Les accouplements


    Il est préférable de séparer les pigeons pendant 15 jours, pour pouvoir les accoupler comme le le veut. On met alors la femelle dans la case du mâle.
    En principe, le pigeon est monogame, mais il change quand même facilement de partenaire.

    Les jeunes pigeons voyageurs peuvent s'accoupler dès l'âge de 3 à 4 mois. Il faut leur fournir de la paille ou des brindilles sèches pour que le couple puisse faire son nid.
    La ponte survient une dizaine de jour après l'accouplement (voir aussi l'
    appareil reproducteur). La femelle pond deux oeufs, le premier en fin d'après-midi et le deuxième en début d'après-midi, deux jours plus tard.
    La couvaison dure pendant 17 jours après la ponte du deuxième oeufs. Les parents couvent alternativement : la femelle le matin et le soir, le mâle, l'après midi. On peut avoir une idée de l'avancement de la couvaison en présentant l'œuf devant une source de lumière.

    Le mécanisme reproducteur


    Les noyaux des cellules du pigeon possèdent 62 chromosomes (31 paires). C'est une découverte d'un savant japonais, le professeur Oguma, datant de 1927. Ceci ne veut pas dire qu'ils sont accolés deux à deux, mais que chacun des 31 chromosomes a son frère dans la cellule. Pendant la reproduction cellulaire, les chromosomes ont la forme de bâtonnets microscopiques.

    Chez les oiseaux, c'est le mâle qui porte les chromosomes sexuels XX et la femelle qui est XY. Chez l'homme, c'est le contraire.

    Lors de l'accouplement, l'anus du mâle est accolé à celui de la femelle et le sperme est injecté dans l'oviducte de la femelle. Les spermatozoïdes contenus dans le sperme remontent l'oviducte pour aller féconder deux ovules (puisque la femelle pond deux oeuf). Les deux ovules prêts à la fécondation sont déjà fixés chacun sur un jaune d'œuf (vitellus). Chacun des deux ovules est fécondé par un seul spermatozoïde (le plus rapide et le plus costaud). Les autres spermatozoïdes meurent.

    Un spermatozoïde ou gamète mâle est une cellule dont le noyau ne contient que 31 chromosomes, les paires ayant été séparées à la formation des spermatozoïdes. Comme il provient du mâle, le chromosome sexuel est forcément X. Le spermatozoïde est muni d'une queue (flagelle), qui lui permet de "nager" et de remonter l'oviducte.
    Un ovule ou gamète femelle est une cellule dont le noyau ne contient que 31 chromosomes. Comme il provient de la femelle, le chromosome sexuel est soit X, soit Y. C'est donc le chromosome sexuel de l'ovule de la femelle qui détermine le sexe du futur pigeonneau.

    Chacun des deux ovules est donc fécondé par un spermatozoïde (celui-ci entre dans l'ovule) et les 62 chromosomes nécessaires à la création du pigeonneau sont réunis dans chaque ovule (ovule fécondé = zygote).

    Commence alors une division cellulaire complexe, la mitose : l'ovule (toujours dans le jaune d'œuf) se divise en deux cellules, chacune de ces cellules se divisant aussi en deux et ainsi de suite... le capital de 62 chromosomes étant maintenu. Pendant ce temps, l'œuf se forme et est pondu.
    L'embryon ressemble alors à un petit disque plat, le blastoderme, situé à la surface du jaune. Il peut rester quelques jours sans mourir, même sans couvage (sans incubation).
    Si l'œuf est couvé (à 39°C), les cellules continuent de se diviser en se spécialisant pour former le corps du pigeonneau, tout en consommant le jaune et le blanc de l'œuf.

    Le pigeonneau naît après 18 jours de couvaison, parfois moins selon la saison.

    La génétique


    Les chromosomes sont essentiellement composés de nucléo-protéines (combinaison de protéines et d'acide nucléique).
    On distingue deux types d'acides nucléiques :
    • l'acide ribonucléique (ARN), en petite quantité dans le noyau, mais abondant dans le reste de la cellule,
    • l'acide désoxyribonucléique (ADN) qui n'existe que dans les noyaux des cellules ; l'ADN a une structure en double hélice.
    Les groupes de molécules d'ADN situés dans les chromosomes constituent les gènes et sont très nombreux. Tous ces gènes sont programmés dès la conception d'un individu, pour le faire vivre et grandir. On parvient maintenant à repérer certains gènes, à identifier leur fonction, parfois même à les modifier.

    Les chromosomes vont par deux. Chaque gène d'un chromosome a son frère sur le chromosome apparié (frère ne signifiant pas forcément jumeau). Lorsque le spermatozoïde féconde l'ovule, les gènes portés par les 31 chromosomes du mâle correspondent à ceux portés par les 31 chromosomes de la femelle. Chaque caractère est donc lié à deux gènes partenaires.
    Si ces deux gènes sont identiques, ce caractère est pur (type homozygote). Si ces deux gènes sont différents, ce caractère est impur (hétérozygote). Les gènes présentent parfois un caractère dominant, parfois un caractère récessif. Certains caractères sont liés au sexe, les autres (plus nombreux) ne le sont pas.

    Si l'on considère les deux exemplaires A et B du gène G d'un mâle (les chromosomes allant par paire, les gènes qui y sont "inscrits" codent pour le même caractère mais ne sont pas forcément identiques), et les deux exemplaires C et D du même gène G d'une femelle, l'accouplement peut donner AC, AD, BC et BD (1/4 de chaque). Considérons l'association AC :

    • si A seul est actif, le caractère A est dominant et C est récessif.
    • si A et C sont actifs, dans ce cas, A et C sont identiques et le caractère est pur (soit dominant, soit récessif).

    Quand un caractère récessif est exprimé, il est toujours pur.
    Quand un gène est dominant, il se manifeste chez tous les jeunes de la première génération.

    Dans le cas d'un caractère récessif, les jeunes de la première génération sont porteurs du caractère, mais il ne se manifeste pas ( il peut malgré tout se manifester dans leur descendance, en % variable).
    Pour expérimenter et déterminer la dominance d'un caractère sur l'autre, il est nécessaire de partir de lignées pures.

    Exemple : Pour la couleur des cheveux, le brun (B) domine le blond (b) récessif. Comme il a été dit précédemment, à chaque caractère sont associés deux gènes. Les gens qui ont le cheveux bruns peuvent présenter un caractère brun pur (BB) ou impur (Bb). Les blonds sont toujours purs (bb) car b est récessif.
    Quand l'un des parents est brun pur BB (espagnol, par exemple) et l'autre blond pur bb (suédois par exemple), les enfants ont quand même tous les cheveux bruns, ce qui montre que le brun domine le blond, mais le caractère brun est impur (Bb) un gène du père et un gène de la mère. Si le père et la mère sont blonds purs (bb * bb) , les enfants sont tous blonds purs (bb). Si le père et la mère sont bruns purs (BB * BB), les enfants sont tous bruns purs (BB). Si les parents sont bruns impurs (Bb * Bb) , ils auront 1/4 d'enfants blonds (bb) et les 3/4 restant seront bruns (BB, Bb, bB).
    Si l'un des parents est brun impur (Bb) et l'autre blond pur (bb), ils auront la moitié d'enfants blonds (Bb, Bb, bb, bb).

    On peut faire des constatations du même ordre chez les pigeons. Les colombiculteurs ont beaucoup de références dans ce domaine, car ils maintiennent des caractères purs (couleur, cravate, huppe, capuchon...).
    Nos pigeons voyageurs ne sont pas sélectionnés de la même façon et sont généralement de couleur impure, je n'ai d'ailleurs jamais remarqué de couleur vraiment dominante.
    Néanmoins, on remarque que :
    Deux bleus barrés ne donnent jamais de rouges, ni d'écaillés bleus.
    Deux écaillés ne donnent jamais de rouges.
    Généralement, les roux, les rouges, les cendrés qui ont du noir dans les plumes sont des mâles.

    Certains gènes ne sont que partiellement dominants, ou partiellement récessifs (au choix). C'est à dire qu'à la première génération, une partie des jeunes porte un caractère donné, l'autre partie ne le porte pas.
    Parfois survient une caractéristique qui date de plusieurs générations précédentes, c'est l'atavisme.

    Les gènes les plus faciles à mettre en évidence sont ceux liés au sexe, à la couleur, à la structure du plumage. Les colombiculteurs, ont créé quelques centaines de variétés de pigeons de fantaisie.
    Mais en ce qui concerne les pigeons voyageurs, le problème est plus épineux, car les gènes qui conditionnent la force, l'endurance, la vitesse, l'orientation ne se manifestent que dans les concours, encore faut-il que le pigeon soit en bonne santé et motivé.

    Une chose est sûre : si vous laissez vos pigeons s'accoupler n'importe comment, sans sélection, la masse tendra à retrouver les caractéristiques originelles du biset. Des colombiculteurs vous le démontrent à volonté et la preuve est bien établie dans les grandes villes : il suffit de regarder les pigeons qui s'y reproduisent en toute liberté.

    La performance sportive est la résultante de la présence d'une multitude de "bons" gènes. Mais notre expérience de colombophile nous laisse penser qu'en général cet ensemble se comporte d'une façon partiellement dominante : dès la première génération on obtient généralement du bon et du moins bon, en % variable.
    Avec les moins bons, on peut aussi tirer de bons jeunes, en % variable car les gènes récessifs peuvent parfois s'exprimer dans de nouvelles combinaisons.
    Quand un gène se manifeste, qu'il soit dominant ou récessif, on est certain qu'il est présent, mais quand il ne se manifeste pas on n'est pas certain qu'il le soit.
    Il vaut donc mieux produire avec de bons voyageurs. Si vous les avez perdus, essayez des pigeons moins bons de la même souche et sélectionnez plus durement.
    Quand on met des pigeons à la production, il ne faut donc pas se contenter de tirer 2 jeunes, et s'ils sont peu performants conclure que le couple de reproducteurs n'est pas bon.
    Au contraire, il faut en tirer au moins dix jeunes, les tester au concours, et garder les meilleurs. Puis continuer dans la même optique pour les accouplements des générations suivantes.

    Les mutations


    Généralement, à partir de différentes souches pures, et à propos de caractères bien définis, on peut prévoir mathématiquement les résultats que donneront divers croisements.
    Mais la nature nous réserve parfois des surprises : Normalement, d'une paire de gènes se dégage un caractère qui est le fait de l'un, de l'autre, ou des deux s'ils sont semblables. Mais parfois apparaît un caractère nouveau, ou renforcé, qui résulte de la dominance partielle de deux gènes différents (exemple : noir + roux = café au lait).
    Quand, après la fécondation se produisent les premières divisions des cellules, il arrive aussi que des chromosomes appariés se brisent et que les "morceaux" se réunissent différemment.
    Ce phénomène est appelé crossing-over ou enjambement et produit donc des caractères différents de ceux des parents.
    Par des observations précises dans les croisements et par une sélection sévère, on peut donc renforcer ou atténuer des caractères donnés.
    Les éleveurs ont ainsi créé des pigeons très différents, comme le poule hongrois et le pigeon voyageur, ou parmi les chiens, l'épagneul et le berger allemand.


    Il existe des milliers de gènes, les combinaisons possibles sont donc multiples et à moins de recourir au clonage, on ne peut qu'essayer d'orienter la reproduction.
    • Élever par croisement (non-consanguin) :
      Cet élevage procure des jeunes avec un physique et une santé solides. Mais il est difficile de renforcer un caractère donné.
    • Élever en consanguinité (père + fille, cousins germains, etc..) :
      C'est la méthode la plus utilisée pour renforcer les caractères désirés, mais le physique suit difficilement. Les défauts peuvent aussi se renforcer : il faut donc sélectionner durement.
    • Elever deux ou trois souches différentes en consanguinité, mais séparément, pendant trois ou quatre générations : les caractères se renforcent, les défauts aussi, les caractéristiques physiques s'amoindrissent, sélectionner sévèrement.
      Puis croiser ces deux souches ensemble : on obtient alors des sujets de grande qualité. Il semble que cette méthode soit utilisée pour les volailles.

    Choix des reproducteurs et méthode d'élevage


    La sélection des reproducteurs


    On peut les sélectionner :
    • sur la conformation physique (ossature, musculature),
    • sur le palmarès en concours (vitesse, fond...),
    • sur l'origine des parents (il vaut mieux en être certain...),
    • sur la conformation au vol (qualité de la plume, longueur du bras de l'aile...),
    • sur l'œil (blanc, rouge, vert...),
    • selon plusieurs des points ci-dessus.

    les pigeonneaux


    Quand ils sortent de l'œuf, ils sont aveugles, très fragiles et incapables de se déplacer. Ils ne portent qu'un fin duvet jaunâtre, inutile contre le froid. Les parents continuent donc de les garder au chaud.

    A la naissance, les parents gavent leurs petits d'un lait blanc et épais produit par le jabot. Ce lait (pape) est très nourrissant, car d'un jour à l'autre, le pigeonneau double et triple son poids et son volume.

    Les yeux s'ouvrent le quatrième jour.
    Dès le sixième jour, les parents commencent à incorporer des graines broyées au lait du jabot. Les plumes commencent à pousser.
    Le baguage s'effectue entre le sixième et le dixième jour.
    Au quinzième jour, le pigeonneau, qui est dix fois plus gros qu'à la naissance, ne reçoit plus que des graines et de l'eau. Il est toujours au nid. Son plumage est bien développé et il commence à lutter seul contre le froid.
    Vers le vingt-cinquième jour, le pigeonneau commence à battre des ailes. Les parents continuent le gavage jusqu'à ses 30 jours, mais on peut le sevrer le 25ème jour.

    Quand il n'y a qu'un pigeonneau dans le nid, la mère pond parfois près de lui, dès le vingtième jour et commence une seconde couvaison.

    A 30 jours, les pigeonneaux sont autonomes et volent.

    L'hygiène du pigeonnier


    Le nettoyage du pigeonnier


    On nettoie en grattant les fientes avec une spatule adaptée. Il faut nettoyer le plus souvent possible : certains "coulonneux" acharnés nettoient matin et soir et passent l'aspirateur !

    Brossez et aspirez l'enduit blanchâtre qui se dépose sur les murs et le matériel. Si le plancher est humide, balayez-le en y déposant une poudre blanche crayeuse vendue dans les magasins spécialisés. Certains utilisent de la chaux vive, mais je ne sais pas si c'est bon pour la respiration des pigeons. Sur le plancher, on peut mettre de la paille, des copeaux, ou des granulés couvre-sol spéciaux.

    Le nettoyage du matériel


    Les mangeoires et le matériel en bois doivent rester propres ; il faut gratter, brosser et y pulvériser un produit désinfectant de temps à autre.
    Lavez et désinfectez les abreuvoirs le plus souvent possible : les maladies se propagent surtout par les abreuvoirs collectifs. Les perfectionnistes donnent la boisson et la nourriture individuellement.

    La désinfection


    De temps à autre, en général avant l'élevage des jeunes, il est bon de désinfecter le pigeonnier :
    • Passez les murs et le plancher au chalumeau, avec un bec décapeur, rapidement bien sûr !
    • Pulvérisez un produit désinfectant et insecticide, pas trop agressif si possible.

    Les ennemis du pigeon


    • le colombophile lui-même quand il néglige ses pigeons : il favorise ainsi la propagation des maladies.
    • les colombophiles qui ne signalent pas les pigeons égarés,
    • les chats errants affamés, redevenus chasseurs par force, qui n'hésiteront pas à venir prélever leur nourriture dans votre pigeonnier, la nuit comme le jour,
    • les rats, qui sont surtout attirés par le grain non consommé et la paille : ils s'attaquent aux oeufs et aux jeunes au plateau de préférence.
    • les souris, qui s'installent dans la moindre anfractuosité, en permanence.
    • les moineaux, qui sont attirés par les petites graines qui restent et feront leur nid dans le moindre trou du bord de la toiture. Ils iront boire et se laver dans l'abreuvoir collectif, augmentant ainsi les risques de maladies.
    • les oiseaux de proie :
      • l'épervier chasse surtout les moineaux, mais s'il nourrit des petits, il est capable de s'attaquer à un pigeon affaibli, ralenti par la mue ou alourdi par la pluie.
      • les faucons, surtout les faucons pèlerins, chassent volontiers le pigeon dans les mêmes conditions.
      • les grands-ducs sont impitoyables avec les pigeons qui traînent sur les toits à la tombée de la nuit.
    • les fouines (martres), les putois et les belettes sont capables de décimer un pigeonnier en une seule nuit, en laissant sur place les pigeons tués.
    • les graines empoisonnées :
      • le blé rouge réservé au souris, qui est oublié dans un coin.
      • les graines semées dans les champs (blé, maïs, pois, etc... qui sont traités pour résister à tout) ; certains fermiers en laissent traîner en bonne quantité hors de terre pour éliminer les petites bêtes indésirables ; nos pigeons en profitent aussi.
    • les pigeons égarés, qui sont souvent porteurs de maladies et sont affaiblis ; il faut tout de suite les mettre en quarantaine et les traiter au besoin.

    Le suivi de la colonie


    La liste des pigeons


    Elle est obligatoire et utile : le modèle est fourni par la Fédération. Voici les différentes rubriques à renseigner :
    • provenance du pigeon (nom de l'amateur qui vous l'a cédé ou origine personnelle),
    • couleur du pigeon,
    • numéro de la bague matricule,
    • année de naissance (correspondant à la bague matricule),
    • observations (cédé à..., perdu, mort,...).

    La liste des couples


    Mettez un numéro dans chaque casier et tous les ans, notez quel couple l'occupe : couleur, numéro-année, origine du mâle et de la femelle.
    Cette liste vous permettra de savoir précisément d'où viennent vos jeunes. C'est important pour la sélection, les accouplements, etc...

    Les résultats dans les concours


    Pour avoir toujours une idée précise des performances par rapport à la provenance, tenez une liste des pigeons engagés dans les concours, en notant à gauche leur numéro et leur origine, et en haut, les concours. Sur les lignes correspondantes, notez les prix remportés. Votre sélection sera facilitée en fin de saison sportive.

    Le cahier-journal


    Dans ce cahier, notez tout ce qui se rapporte à votre pigeonnier et qui peut influencer les performances dans les concours. Vous pourrez ainsi revoir étape par étape si vous avez bien agi ou de quelle façon vous avez conduit votre colonie au désastre :
    • date des accouplements,
    • liste des jeunes avec leur provenance,
    • nourriture des pigeons jour par jour,
    • dates auxquelles vous avez donné des vitamines, des médicaments... et lesquels.
    • dates des pontes des femelles,
    • date à laquelle vos pigeons sont passés au veuvage,
    • pigeons malades ou hors de forme,
    • tout autre élément pouvant s'avérer utile (devenir champion tient parfois à un détail).

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :